C’est la rentrée… 1, 2, 3 on s’assoit ! La posture idéale

Emmanuelle Boulianne-Depairon et Patricia Archambault, ergothérapeutes

Clinique Ergothérapie Enfance

La posture idéale à adopter

Cet été, votre enfant a couru, dansé, sauté, joué. Bref, il a bougé. L’automne est à nos portes et c’est déjà la rentrée! Le retour en classe signifie entre autres que votre enfant devra rester assis plusieurs heures par jour…

Qu’observez-vous ?

L’enseignant(e) de votre enfant ou vous-même remarquez que votre enfant a tendance à :

  • Gigoter sur sa chaise ;
  • Se lever debout ou bouger ;
  • Adopter différentes postures sur sa chaise (ex : sur les genoux, un pied sous la cuisse, les pieds entourés autour des pattes de chaise, affaissé sur le bureau, sa tête accotée dans sa main, etc.) ;
  • Élever les épaules de manière exagérée pour pouvoir dessiner, écrire ou découper ;
  • Avoir de la difficulté à se concentrer.

Quelles sont les causes possibles ?

Plusieurs causes sont possibles :

  • D’une part, le plus souvent, l’enfant ressent le besoin de bouger pour s’aider à mieux se concentrer ou présente une faiblesse au niveau des muscles du tronc. Dans ce contexte, il doit fournir un effort supplémentaire pour maintenir la position assise, ce pour quoi il bouge ou adopte de mauvaises postures corporelles… pour « changer le mal de place ».
  • D’autre part, en classe, bien souvent, les postes de travail ne sont pas adaptés aux élèves. En effet, les tailles des enfants étant très variables et les écoles ayant une flotte restreinte de matériel, il est fréquent qu’un enfant se retrouve avec un pupitre trop grand ou une chaise trop haute.

 

Voici donc les principes généraux d’un bon positionnement à un poste de travail adapté.

Quelle est la posture idéale ?

Pour les enfants d’âge scolaire assis au pupitre ou à une table :

Il est recommandé d’encourager la posture suivante :

  • les pieds de l’enfant sont en appui à plat au sol ;posture idéale blogue-sosprof
  • le dos est bien appuyé sans que les courbures naturelles de la colonne vertébrale ne soient éliminées ;
  • les articulations des hanches, des genoux et des chevilles sont maintenues à environ 90O ;
  • la surface du pupitre est à environ 2 pouces au-dessus du pli du coude lorsque le bras est allongé le long du corps ;
  • la chaise de l’enfant est près du pupitre avec une distance d’environ 5 pouces entre le corps adossé et le pupitre.

Quels bénéfices mon enfant peut-il tirer de cette posture ?

Les bénéfices de cette posture à table sont nombreux et présents à tous âges. Cette posture est primordiale et essentielle au maintien de l’attention, de l’éveil, de l’écoute, de la disponibilité, et pour favoriser la persévérance à la tâche et la préhension adéquate des outils.

Ces aspects sont nécessaires pour :

  • l’accomplissement des activités académiques (écriture, lecture, découpage), et donc les apprentissages scolaires ;
  • lors des devoirs à la maison ;
  • lors des repas en famille.

Voici quelques trucs pour faciliter l’adoption de cette posture idéale :

Les enfants vivent dans un monde de grands. Souvent, les chaises sont disproportionnées par rapport à leur petit corps. Leurs pieds ne touchent pas le sol ce qui fait que l’adoption de la posture idéale devient ardue à réaliser. Voici des petits trucs qui peuvent l’aider.

  • N’hésitez pas à demander au personnel enseignant s’il est possible d’ajuster le pupitre de votre enfant (la plupart sont ajustables), ou de changer la chaise ou le pupitre ;
  • Placer une bande élastique de type « theraband » sur les pattes avant de la chaise d’adulte à la hauteur des pieds de l’enfant afin qu’il puisse les appuyer sur cette surface ;
  • Utiliser un support pour les pieds (repose-pied, boite à souliers lourde d’objets non bruyants, assemblage de papiers journal ou de vieux draps recouvert avec du ruban adhésif) ;
  • Utiliser un pictogramme en classe ou lors de la période de devoirs pour que l’enfant se souvienne d’adopter cette posture ;
  • Au besoin, ajouter un napperon antidérapant sous les fesses de l’enfant pour l’empêcher de glisser ;
  • Au besoin, ajouter un petit coussin au fond de la chaise si l’enfant ne peut s’adosser à la chaise ;
  • Pour les enfants qui ont la gigote : utiliser des alternatives à la chaise standard telles qu’un movin’sit, un disco’sit ou un ballon gymnique durant une vingtaine de minutes maximum à intervalle régulier durant la journée;
  • Utiliser une chaise adaptée multipositions au besoin (aussi utile pour les devoirs à la maison).

Ressources complémentaires traitant du même sujet, voir l’article Aurez-vous une rentrée ergonomique ?